Le Resah conclut un marché permettant aux établissements d’accéder au médicament biosimilaire du Rituximab

Dans le cadre de sa politique visant à permettre aux établissements de réaliser des économies dès lors qu’un médicament en situation de monopole perd son brevet, le Resah a procédé à un appel d’offres visant à conclure un marché public relatif à la fourniture de Rituximab par voie intraveineuse.

 

Cette biothérapie est notamment utilisée dans le cadre de traitement d’affections en hématologie et en rhumatologie.

 

A l’issue de cette mise en concurrence, c’est le laboratoire Biogaran avec le biosimilaire Truxima qui a été retenu. Les premières études économiques menées permettent d’estimer le potentiel de gains à la seule échelle des établissements de santé franciliens hors AP-HP à 3,5 millions €, soit un potentiel de 40 millions € d’économies à l’échelle nationale. Cela représente 50 % d’économies par an par rapport au prix historique du princeps.

 

Grâce à ce nouveau marché, le Resah permet ainsi aux prescripteurs d’accéder à une alternative thérapeutique présentant un avantage économique certain. Il va dans le sens de l’instruction du 3 août 2017 publié par le Ministère de la Santé sur les biosimilaires qui mentionne que ces derniers constituent « des enjeux essentiels d’efficience et de la qualité de la prise en charge dans les prochaines années » et qu’ « il apparait opportun que les établissements et les groupements d’achat mettent en oeuvre la mise en concurrence dès l’arrivée de biosimilaires ».

 

Le marché est accessible dès à présent à l’ensemble des établissements de santé quelle que soit leur localisation géographique dès lors qu’ils n’auraient pas accès à une offre équivalente dans leur région.